"La Floride française : Florida, France and the Francophone World" [en]

L’Institut Winthrop-King de l’Université de l’État de Floride pour le français contemporain et les études francophones en coopération avec l’Institut sur Napoléon et la Révolution française organisent une conférence de deux jours sur le thème de « La Floride française » et plus largement sur la place de la Floride, de la France, et de la culture francophone dans le monde.

Darrin McMahon du département d’Histoire de de l’Université de l’Etat de Floride (FSU) nous présente avec emphase cette conférence internationale « La Floride française : Florida, France and the Francophone World ». Le colloque auquel participeront des experts venus des deux cotés de l’Atlantique, sera ouvert au public les 21 et 22 février 2014.

JPEGCher Darrin McMahon, merci de répondre à nos questions seulement quelques jours avant l’ouverture de la conférence. Pourriez-vous dans un tout premier temps, vous présenter mais aussi nous donner quelques éléments sur les deux instituts qui organisent cet événement ?

- Darrin McMahon : C’est un plaisir pour moi de pouvoir vous présenter ce que mes collègues et moi-même avons eu l’opportunité de réaliser, à savoir un évènement particulièrement intéressant !

Je suis professeur d’histoire « Ben Weider » à FSU et spécialiste de la France du 18ème siècle ainsi que de la Révolution française.
- L’Institut sur Napoléon et la Révolution française est consacré à l’approfondissement des études sur le sujet. L’organisation finance et, d’une part, un large programme d’études supérieures de niveau Master et Doctorat et d’autre part, nourrit une impressionnante collection de livres et de manuscrits.
Enfin, plus largement, l’institut promeut la France et plus particulièrement l’enseignement de son histoire à l’ère révolutionnaire.

- Le principal organisateur de la conférence est cependant le Winthrop-King Institute pour le français contemporain et les études francophones qui est lui aussi présent à Florida State University.

Son directeur et co-organisateur de cette conférence est le Dr. Martin Munro, spécialiste en littérature francophone des Caraïbes et plus particulièrement des lettres haïtiennes.
Grâce aux fonds déployés par cet institut, une large palette d’activités est financée : conférences, symposium, et programmes pédagogiques promouvant les études sur la France et le monde francophone. Dans ce but, cet institut verse également des bourses aux étudiants.

- Le troisième co-organisateur de cette conférence est François Dupuigrenet-Desroussilles, professeur de religion à Florida State University.

L’université est extrêmement chanceuse d’avoir dans ses murs le professeur Dupuigrenet-Desroussilles qui a été précédemment, curateur de livres rares à la Bibliothèque Nationale de France (1978-1995) et directeur de l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (ENSSIB) de 1995 à 2005.

Ainsi, François est un expert de l’histoire du livre et parmi plusieurs autres de ses contributions, il aide actuellement à la conservation de rares cartes françaises et ouvrages de voyage sur la Floride du 16 au 19ème siècle en vue d’une exposition.
Celle-ci naît de l’effort conjugué de la bibliothèque Strozier (Strozier Library Special Collections) et de La Rose des Vents, l’un des marchands de cartes antiques les plus renommées de North Redington Beach.

JPEG

  • e-Toile : Ce colloque est l’un des évènements célébrant le 450ème anniversaire de la présence française en Floride, des célébrations qui ont débuté dès 2012 afin de marquer l’arrivée de Jean Ribault sur la côte nord de la Floride. Pourriez-vous expliquer à nos lecteurs pourquoi Tallahassee, bien que plus à l’ouest, est également une ville qui compte dans l’histoire liant la France à la Floride ?

- Darrin McMahon Tallahassee qui est la capitale de l’État de Floride est aussi un lieu de mémoire s’agissant de l’histoire française.
En effet, le Marquis de Lafayette, grand homme des révolutions américaine et française, a reçu des terres de cette ville, un lieu appelé aujourd’hui « French Town ». Ces terres lui ont été offertes pour le remercier de sa contribution à la cause révolutionnaire américaine.

En outre, il se trouve que le Prince Achille Murat, fils de Joachim Murat, Général de Napoléon, Maréchal de France, et monarque du royaume de Naples, a vécu à Tallahassee.
Il a d’ailleurs été inhumé dans la ville aux côtés de son épouse Catherine Daingerfield Willis qui n’était autre que l’arrière-petite-fille de George Washington.

L’histoire française est donc bien vivante à Tallahassee !

Je devrais aussi ajouter que la ville est fière d’héberger un chapitre de l’Alliance française dont les adhésions montent en flèche.

  • e-Toile : 2014 marquant le 450ème anniversaire de l’établissement de la colonie française de Fort Caroline, la première conférence de ces deux journées est consacrée à la présence française en Floride, de la fondation du Fort jusqu’à « l’héritage » de Lafayette.
  • Les autres discussions du colloque portent sur des thèmes plus culturels qu’historiques. Quels sont ces différents aspects de l’héritage français et francophone dans la région que vous souhaitez souligner ?

- Darrin McMahon : Le 16ème siècle constitue le "berceau" de la présence française quand les Français ont exploré les côtes de la Floride et établi la première fortification européenne jamais fondée au Nouveau Monde, à savoir Fort Caroline, établi en 1564 dans les environs de Jacksonville .

Bien que la France ait par la suite perdu le Fort dans une bataille contre les Espagnols changeant ainsi profondément le cours de l’histoire de la région et des États-Unis, le fait francophone en Floride ne s’est jamais perdu.

Le commerce avec les colonies françaises avoisinantes de Louisiane, Mobile et des Caraïbes ont maintenu ces liens tout au long du 17ème siècle.

Durant le 18ème siècle, le nord de la Floride et la ville de St. Augustine ont ensuite arbitré nombre d’intrigues révolutionnaires françaises. C’était aussi le lieu de résidence de Georges Biassou, l’un des principaux dirigeants de la révolution d’esclaves à St. Domingue/Haïti en 1791 qui a par la suite mit fin au gouvernement français qui s’y trouvait.

L’on peut noter d’ailleurs que Biassou est enterré à St. Augustine et que sa maison y est encore.

Au 19ème siècle, la Floride a ensuite été une source de fascination pour beaucoup de Français parmi lesquels de grands écrivains comme Chateaubriand ou Jules Verne qui utilisaient l’Etat comme scène imaginative pour leurs romans.

Ce magnétisme opère encore au 20ème et au 21ème siècle, de nombreux vacanciers francophones étant toujours aussi attirés par la Floride tels que les Québécois à la recherche de soleil.

J’ajoute que l’importante population haïtienne présente à Miami comme ailleurs dans l’Etat ainsi que le nombre croissant d’Africains francophones s’établissant à Tampa et à Orlando participent au maintien de la langue française en Floride si bien qu’elle est bien plus parlée ici que partout ailleurs aux États-Unis.

  • e-Toile : Quatre conférenciers, dont Franck Lestringant de l’Université Paris-Sorbonne participent à cette conférence, quels sont les autres intervenants présents ?

- Darrin McMahon : Nous sommes ravis d’accueillir trois spécialistes éminents ainsi qu’un journaliste très reconnu dans l’étude de la présence française en Floride.

Vous avez mentionné le Professeur Lestringant. Il s’agit aujourd’hui du plus grand spécialiste de la présence française en Floride au 16ème siècle.

Il est l’auteur de plus de 50 livres dédiés aux guerres religieuses françaises, à Alfred de Musset et André Gide, mais surtout aux grandes découvertes et à la littérature géographique et cartographique de la Renaissance.

Nous aurons aussi des interventions de Jane Landers qui est professeur d’histoire "Gertrude Conaway Vanderbilt" à l’Université Vanderbilt et auteur d’un grand nombre d’ouvrages sur les Africains dans le monde atlantique.
Son travail le plus récent est le fameux « Atlantic Creoles in the Age of Revolutions » (Cambridge, Mass., 2010).

Nous accueillerons aussi Michael Wintroub, professeur de rhétorique à UC Berkeley et auteur du très apprécié « A Savage Mirror : Power, Identity and Knowledge » (Stanford, 1996) traitant de la fascination française pour la Floride et le Nouveau Monde au début de la période moderne.

Enfin, nous recevons le journaliste TD Allman qui a écrit et publié sur la Floride un travail paru dans le New Yorker, National Geographic, Rolling Stone et Le Monde.
Il parlera de son livre récemment primé “Finding Florida : The True History of the Sunshine State” (Atlantic Monthly Press, 2013).

Ces deux jours de conférence donnent aussi la parole à d’autres experts de la France, du Canada, d’Haïti, de l’Amérique Latine et des États-Unis mettant tous en perspective la présence française et francophone et leur intérêt dans la Floride du 16ème siècle à nos jours.
Il y aura aussi une présentation sur la recherche du site original de Fort Caroline, ainsi qu’une exposition de cartes anciennes et de dessins français de la Floride.

La conférence est ouverte au public et nous espérons que quelques uns de vos lecteurs y seront présents.

Le programme et plus d’informations sont bien entendu disponibles sur le site : http://www.winthropking.fsu.edu/Events/La-Floride-francaise-Florida-France-and-the

Vous y êtes toutes et tous chaleureusement conviés !


Article publié le 10 février 2014.

Dernière modification : 13/02/2014

Haut de page