Luxe : la France caracole en tête

Le secteur des produits de luxe, en 2012, a fait près de 210 milliards d’euros. En dollars américains, pour avoir une meilleure idée du genre de l’argent qui est sorti de cette industrie au cours d’une seule année, ce serait près de 278,56 milliards de dollars. Un quart de ce montant a été généré par les produits de luxe français seulement. Une étude comparative menée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris-Ile-de-France a révélé que sur 270 marques de prestige, 130 d’entre eux sont français.

En ce qui concerne les types d’articles de luxe représentées par ces chiffres, la liste inclut des bijoux, des vêtements, des accessoires, des vins et des articles en cuir, entre autres.

Moët Hennessy Louis Vuitton SA • (LVMH) est l’une des entreprises les plus lucratives en France et en 2012, elle a enregistré une augmentation de 19% des ventes, résultant en un chiffre d’affaires de 28,1 milliards d’euros (37,25 milliards de dollars). Hermès, qui est l’une des marques de mode française les plus connues, a rapporté un historique 3,4 milliards d’euros chiffre d’affaires, ce qui représente une augmentation de 22,6% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Malgré le caractère concurrentiel intrinsèque de ces entreprises, un comité sous le nom de Comité Colbert a décidé que la coopération et la camaraderie sont des concepts tout aussi lucratifs dans les marchés du luxe, particulièrement pour la France. Pour illustrer sa croyance en ces concepts, ce comité, créé en 1954, a créé une plateforme d’échange avec 75 entreprises françaises, qui partagent tous le même objectif : la promotion continue de l’image de la France. La capacité du Comité Colbert à même approcher directement les pouvoirs publics en France, le reste de l’Europe et à l’étranger, rend l’organisation tout aussi efficace politiquement comme économiquement.

JPEG

D’autres pays, comme la Chine et le Brésil, ont certainement pris connaissance de la réputation de la France pour ces articles, au point où, dès maintenant, 12% du chiffre d’affaires des entreprises de luxe françaises provient du marché chinois ; il a également été 15 % d’augmentation des ventes sur le marché brésilien, malgré les questions tarifaires, aussi bien. En Inde, par exemple, il y a eu une augmentation incroyable de 20% de la consommation d’articles de luxe français, et tous en 2012.

Tant que ces entreprises françaises continuent de travailler ensemble, de continuer les traditions associées à la création de leurs articles, et tout en se tenant au courant des dernières tendances et les avancées technologiques nécessaires pour promouvoir ces produits, les numéros déjà illustrés par l’étude Bain & Company pourraient disparaître en comparaison à la seule pensée de ce que l’avenir réserve à la France.

Article publié le 14 août, 2013

Dernière modification : 14/08/2013

Haut de page