Avec le colloque Jean Ribault, la Floride s’invite à Dieppe

Après La Rochelle l’année dernière, Dieppe cette année embrasse l’histoire franco-floridienne en consacrant un colloque sur Jean Ribault. Samedi 4 mai 2013 s’est en effet tenue, sous la Présidence de François Bellec de l’Académie de Marine, une journée de conférences pleinement dédiée au Dieppois Jean Ribault, capitaine de la marine et explorateur français qui a en 1562 pris possession des terres aujourd’hui floridiennes au nom de la France.

Ce sont ainsi plus de 200 personnes qui ont répondu à l’invitation de l’association « Terres et Mers d’Ivoire » à Dieppe pour se pencher sur les questions historiques, historiographiques, géographiques, mémorielles et patrimoniales qui touche au navigateur.

"Terres et Mers d’Ivoire", une association composée d’historiens, de chercheurs, d’enseignants ou encore de journalistes entièrement consacrée à l’histoire de Dieppe a donc organisé avec plusieurs partenaires dont la ville de Dieppe, un colloque dédié au navigateur et explorateur Jean Ribault qui est depuis l’année dernière au cœur de notre actualité floridienne.

Cet évènement dieppois comme ceux organisés à La Rochelle et en Floride marquent symboliquement les 450 ans de présence française en Floride.

JPEGC’est donc non loin de la Colonne Jean Ribault érigée dans l’enceinte du Château-Musée de Dieppe, réplique de celle dressée par le navigateur en 1562 à Jacksonville en Floride, puis à Parris Island en Caroline du Sud, qu’a eu lieu pour la première fois, un colloque entièrement dédié à l’Huguenot Jean Ribault.

Aux côtés de l’Amiral Bellec, la conférencière Hélène Lhoumeau a su remettre en perspective les vue françaises et espagnoles sur le Nouveau Monde en soulignant l’étroite surveillance que Français et Espagnols menaient sur leurs expéditions respectives. Une étude intéressante pour nous, Floridiens, qui vivons à l’heure de Viva Florida 500 !

Mme Annick Notter, Conservatrice des musées de La Rochelle et organisatrice de l’exposition « Floride un rêve français » ouverte en septembre 2012, a partagé avec le public les travaux iconographiques de Théodore de Bry qui mettent en avant le rôle important joué par les Indiens Timucuas à l’arrivée du Français en Floride.

L’iconographique a fait ensuite l’objet d’un segment particulier grâce à l’apport de Mme Pascale Goutagny qui sur la base de premières cartes floridiennes, des cartes datant donc du XVIe siècle, a souligné la part de l’imaginaire dans ces récits de voyage ainsi que celle de l’influence française, les "nouveaux" lieux ou les nouveaux fleuves s’appelant ainsi la Seine ou la Loire…

Dès la matinée, la Floride contemporaine s’est invitée au colloque puisque Philippe Montillet, membre de l’association des descendants et du souvenir de Jean Ribault a relaté les évènements qui ont eu lieu en mai 2012 à Jacksonville où, en présence des officiels de la ville, plusieurs manifestations de premier plan se sont déroulées. Deux goélettes françaises La Belle Poule et l’Etoile avaient ainsi été accueillies sur les quais de la ville, non loin du lieu où 450 ans avant Jean Ribault avait débarqué.

John de Bry, Directeur du Centre d’histoire archéologique de Floride a quant à lui offert aux participants une vision globale des différentes expéditions menées par Jean Ribault.
Dans ce cadre, il a traité de la perte de la flotte du navigateur et des fouilles archéologiques à mener sur la flotte française en Floride.

Plusieurs participants ont ensuite souligné les faibles traces laissées par Jean Ribault à Dieppe que ce soit dans les écrits ou dans la ville. En effet, si l’on excepte la réplique de la colonne Jean Ribault évoquée plus haut, peu d’objets patrimoniaux ont été conservés à Dieppe de ces expéditions menées par Jean Ribault et de Laudonnière et seule une rue et un ponton sur le quai Henry IV portent le nom du « fameux » dieppois.
Ce qui ouvre de nombreuses pistes de recherche, avis aux amateurs !

Ce premier colloque dédié entièrement Jean Ribault aura donc permis de remettre le navigateur au cœur de l’actualité sur ses propres terres françaises. Celles qui l’a « découvertes » en 1562 et où il a disparu tragiquement vont poursuivre l’organisation des manifestations qui lui sont consacrées tel qu’un colloque international les 20 et 21 février 2014 organisé par le Winthrop-King Institute à l’université de l’Etat de Floride à Tallahassee (FSU).

Bien entendu, « Viva Florida 500 » qui se déroule tout au long de l’année 2013 lui laisse aussi une place en retraçant tous les héritages de la Floride aux rangs desquels l’on trouve celui légué par la France.

JPEG

Pour en savoir plus sur ce colloque Jean Ribault du 4 mai 2013, visitez
https://www.facebook.com/TerresetMersdIvoire

ou prenez l’attache de l’association « Terres et mers d’Ivoire »

terresetmersdivoire@gmail.com


Article publié le 8 mai 2013.

Dernière modification : 09/05/2013

Haut de page