Un Français sur le circuit du Nascar 2013, du jamais vu depuis 1979

A l’occasion du Nascar 2013 : Entretien avec Michel Disdier, le français qui excelle dans la course automobile la plus populaire aux Etats-Unis. La course débutera le 16 février à Daytona, une occasion pour les Français de Floride de mettre le turbo pour soutenir « The Frenchman in Nascar » !

JPEG

- e-Toile : Michel Disdier bonjour. Votre carte de visite vous présente comme « The Frenchman in Nascar » !
D’où vient ce surnom ? Les anglophones comme les francophones aujourd’hui vous surnomment-ils ainsi ?

  • Michel Disdier  : Je ne sais plus trop d’où me vient ce surnom, je pense que c’était suite à ma première visite sur une course de NASCAR, où j’avais rencontré plusieurs journalistes, dont celui qui gérait le site NASCAR.com, et qui avait notifié dans l’un de ses articles ma présence en me citant comme ça… Au fur et à mesure et lors de ma première course en NASCAR au Canada, j’ai utilisé ce nickname, « a Frenchman in NASCAR » pour me présenter aux médias et aux fans et c’est resté ! C’était d’autant plus facile que j’étais le seul Français engagé à l’époque, et toujours le seul, dans une série nationale… Aujourd’hui, mon Facebook, se nomme « afrenchmanInNascar » et les fans en Europe et aux Etats-Unis, me connaissent souvent plus par ce nom, que mon vrai nom… Et je trouve cela plutôt sympa !

- e-Toile : Dans l’une de vos précédentes interviews, vous précisez que vous avez débuté dans le milieu de la course automobile dès l’âge de 14 ans…un très jeune âge pour être derrière un volant ! Plus sérieusement, comment êtes-vous arrivés sur les circuits et quelle est la route que vous avez empruntée pour arriver jusqu’à Daytona Beach afin de participer à l’une des plus prestigieuses courses automobiles, le NASCAR ?

  • Michel Disdier  : Il doit y avoir une erreur, car j’ai débuté le sport automobile à 17 ans et réalisé ma première course quand j’avais 18 ans. J’ai remporté avant cela le championnat de France d’endurance en Moto-cross, et je me suis lancé l’année suivante où j’ai effectué mes premiers essais dans une monoplace, avant de trouver les moyens de m’engager en championnat de France de Formule France l’année suivante en 1993, où j’ai fait 4 courses avant de devoir arrêter faute de moyens…
    Pour vous résumer ce parcours, après plusieurs saisons en France puis en Europe, et la grande difficulté pour un pilote venant de mon horizon, sans avoir une famille très impliquée dans le sport automobile, et n’ayant pas les moyens de m’aider non plus, je me suis rendu compte, que malgré des résultats très positifs, je ne voyais pas un avenir très radieux.
    J’étais toujours freiné par le manque d’argent et les pilotes avec qui je courais avaient de meilleurs contacts et soutien du fait de leur réseau, fils d’anciens pilotes, ou ils avaient couru en Karting et étaient mieux soutenus par la fédération.
    J’ai donc naturellement commencé à m’intéresser aux autres séries et championnats étrangers, et la compétition NASCAR m’est apparue comme la discipline la plus relevée, au même niveau que la Formule1. Il est vrai, que les Etats-Unis m’ont toujours fait rêver. J’ai gardé de très bons souvenirs, quand à 14 ans, j’étais venu pour un séjour linguistique. C’était déjà dans le fief de la NASCAR, à Charlotte, en Caroline du Nord !
    Finalement, au début des années 2000, j’ai pris mes premiers contacts avec les dirigeants de la NASCAR, et j’ai tout de suite ressenti beaucoup d’intérêt de leur part à l’idée qu’un pilote français vienne courir chez eux… Ce qui n’a pas du tout était le cas, en France ou en Europe quand j’en ai parlé avec des « professionnels » du sport auto, qui m’ont pris tout simplement pour un fou, me disant que c’était totalement impossible qu’un pilote étranger puisse s’y intégrer… Heureusement, j’ai suivi mon intuition et la route vers mon rêve !

- e-Toile : Vous êtes déjà venu plusieurs fois en Floride. En 2007 et plus récemment en décembre 2012 afin de préparer le grand évènement auquel vous allez participer à savoir la première course de la saison 2013 du NASCAR le 16 février. Pouvez-vous nous parler des spécificités de cette course et des conditions dans lesquelles vous allez concourir ?

  • Michel Disdier  : Daytona, est un rêve pour des milliers de pilotes à travers le monde, et pouvoir enfin y être et y participer est pour moi et ceux qui me soutiennent dans cette grande aventure sportive et humaine, l’aboutissement de tout le travail que nous avons fourni depuis des années…
    Cette épreuve est vraiment particulière, car elle se déroule dans le plus grand stade sportif, qui accueille le plus de spectateurs au monde 256 000. Sur la piste, la vitesse y est importante et nous devons rester très concentrés pendant toute la longueur de l’épreuve, qui peut durer plusieurs heures… Lors de nos derniers essais, en décembre dernier et qui préparent cette grande course, nous avons pu nous classer 4ème le dernier jour et, au final, au cumul des trois jours d’essais 9ème sur 61 pilotes.
    Cela faisait en plus trois ans que je n’avais pas couru sur circuit ovale et grâce à ma nouvelle équipe, qui fait partie des meilleures, j’ai pu prendre le temps et la confiance nécessaires pour réaliser cette performance. Aujourd’hui, nous sommes gonflés à bloc pour la course du mois de février, où nous savons que nous avons toutes nos chances pour faire un très bon résultat, tout en restant très concentrés sur le fait que le plus important est déjà de terminer cette épreuve mythique ! Avec une pensée pour Claude Ballot Léna, le dernier Français à y avoir participé, en 1979, sur une Oldsmobile !

- e-Toile : De façon surprenante pour les non-initiés, le NASCAR est le deuxième sport le plus suivi aux Etats-Unis puisqu’il devance même le basketball et le baseball sur leurs terres avec au compteur plus de 100 000 spectateurs sur le circuit et 800 000 téléspectateurs pour chaque évènement  !
Vous invitez entreprises et particuliers à se lancer dans cette grande arène en rejoignant vos sponsors. Pouvez-vous nous donner quelques-uns des avantages retirés de ces soutiens ?

  • Michel Disdier  : Vous avez raison, la NASCAR est un sport qui non seulement est le 2ème sport le plus suivi aux USA, mais est aussi un sport qui prend de plus en plus d’ampleur dans le reste du monde, et notamment en France et en Europe, où ces courses sont diffusées en direct sur plusieurs chaînes de télévisions.
    Depuis mes débuts dans cette aventure, j’ai pu me rendre compte, que ce sport avait dépassé les frontières, puisque je reçois énormément de soutien, de France, d’Espagne, Italie, Allemagne, Canada, etc. où le nombre de fans croit d’année en année… Ma particularité est celle d’être le seul Français engagé, ce qui bien entendu crée un intérêt positif, puisque les fans m’identifient rapidement.
    Tout cela apporte des atouts importants à toute entreprise désireuse de se faire connaître dans un sport aussi important, où la loyauté des fans est sans borne.
    Forcément notre présence attire les médias et les fans, par notre originalité, et leur sympathie à notre égard, et le fait que nous nous investissons aussi beaucoup pour rendre cette énergie, donne à nos partenaires un retour d’image qui ne cesse de croître au fur et à mesure de nos présences dans ces courses.

- e-Toile : Peut-être souhaitez-vous aussi profiter de cette colonne pour vous adresser directement à nos lecteurs dont ceux de la communauté française afin de les inviter à vous suivre ?

  • Michel Disdier  : Pour notre équipe et moi-même, ce que nous souhaitons est de partager avec le plus grand nombre cette aventure qui nous passionne tant.
    Nous serions heureux de pouvoir rencontrer un maximum de Français, sur les différentes régions que nous traverserons et pourquoi pas de les faire venir sur une ou plusieurs de nos courses.
    Comme eux, nous vivons notre rêve américain, dans ce pays qui nous ouvre ses portes et nous donne les moyens de réaliser des projets aussi fous que le nôtre, si l’on n’a pas peur de se relever les manches ! Nous serions bien entendu très heureux de pouvoir les accueillir pour notre prochaine épreuve à Daytona, et qu’ils n’hésitent pas à nous contacter directement pour que l’on organise un point de rencontre en toute amitié.

La compétition débute le 16 février et peut être visionnée sur la plus part des chaînes sportives américaines et européennes.

Pour plus d’informations veuillez consulter :

Site web : michel-disdier.com

Facebook : facebook.com/afrenchman.innascar

Twitter : @MichelDisdier

Contact/ Médias - Sponsors
Christophe Bourgeois
Lafayette Racing
+33 6 63 53 22 23
Chris@LafayetteRacing.com


Article publié le 16 janvier 2013.

Dernière modification : 17/01/2013

Haut de page