Abe Stein, témoin de Pearl Harbor et du Débarquement allié

Le Sergent de l’armée américaine Abe Stein va recevoir les insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur le 19 décembre prochain à Surfside en Floride. Plus de sept décennies après, M. Stein se rappelle avec acuité les deux évènements qui ont fait basculer l’histoire. Entretien.

JPEG

- e-Toile : M. Stein, il y a soixante-treize ans, vous avez pris la décision de vous engager dans l’armée américaine alors que la Seconde guerre mondiale faisait déjà rage. Qu’est ce qui a guidé votre choix ?

  • Abe Stein : Dans les années 30, je vivais à Wilkes Barre en Pennsylvanie mais ma sœur et mon beau-frère vivaient à West Palm Beach en Floride. Quand ils m’ont proposé de venir vivre avec eux, j’avais fait mes bagages avant même qu’ils prononcent le mot "Floride" !

Là-haut dans le Nord, nous rêvions tous de la Floride, même si à l’époque ce n’était pas l’Etat que c’est devenu aujourd’hui. C’était l’un des États les moins peuplés du pays à ce moment là.
Cependant, l’argent et les emplois y étaient rares et je n’avais pas les moyens de faire des études.

J’ai néanmoins été engagé sur un marché de fruits et légumes mais avec cette guerre en Europe et Hitler qui envahissait un pays après l’autre, dès novembre 1940, j’ai décidé de m’engager dans l’armée américaine plutôt que d’attendre d’être mobilisé.

A Miami, j’ai dit au Sergent que j’étais intéressé par le domaine médical. Il m’a demandé où je souhaitais aller, j’ai alors pointé mon doigt sur la carte : je voulais partir à Hawaï.
C’était le 2 novembre 1940
. Je fus assigné au sein du Département médical militaire.

- e-Toile : Vous étiez à Pearl Harbor en décembre 1941 ainsi que sur Omaha Beach en juin 1944, deux périodes correspondant à deux évènements majeurs de la Seconde guerre mondiale. Qu’est ce qui vous a le plus frappé au cours de ces deux périodes clés ?

  • Abe Stein : En janvier 1941, un vieux bâtiment militaire m’a conduit jusqu’à Honolulu. Je me rappelle encore de mon mal de mer…

Je fus assigné sur la base militaire américaine de Schofield Barracks sur l’île hawaïenne d’Oahu.
J’ai vécu là-bas 11 mois de paix.
Le dimanche, nous allions sur la base navale de Pearl Harbor pour déjeuner et jouer au baseball.

Ceci a duré jusqu’à un matin de décembre 1941, jusqu’au 7. Ce matin là, les Japonais ont pris 2400 vies américaines.

Cette attaque a été un choc immense. Après la Chine et de nombreux pays autour, ils attaquaient les États-Unis en détruisant ses navires. Je me rappelle toujours les bruits assourdissants de cette terrible journée, ils hantent encore ma mémoire.

Comme j’avais survécu Pearl Harbor, je fus envoyé en juin 1943 à New-York. Quelques temps après, avec 25 000 de mes concitoyens, j’ai traversé l’Atlantique !

On est arrivé dans la ville anglaise de Southampton où se préparait activement le Débarquement allié. Là-bas, nous avons travaillé 24 heures sur 24. J’étais si fatigué que lorsque j’ai traversé la Manche, je me suis endormi. Je ne me rappelle absolument de rien de la traversée !

Le Jour-J était le 6 juin 1944, je suis arrivé en Normandie seulement 2 jours après.

Nous aidions les hôpitaux et les villes en distribuant des huiles fortifiantes et du matériel médical. Ce dont je me rappelle le plus de cette époque, c’est la réaction des gens. Les Français étaient tellement heureux de nous voir !

-  e-Toile : Le 19 décembre 2012, avec de nombreux autres de vos camarades, vous allez recevoir les insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur. Pour quelqu’un comme vous qui avez reçu de nombreux honneurs de la part de votre propre pays, recevoir une reconnaissance d’un pays étranger revêt-il une signification particulière ?

  • Abe Stein : C’est un immense honneur pour moi que d’être reconnu par la France. D’ailleurs, mon fils qui vit à Tampa va surement venir pour participer à la cérémonie !

M. Abe Stein va recevoir la plus haute distinction française le 19 décembre 2012 à Bal Harbour au 9540 Collins Avenue, Surfside en Floride lors d’une cérémonie organisé par ce consulat où seront également reconnus 13 autres anciens combattants américains de la Seconde guerre mondiale.


Article publié le 13 décembre 2012.

Dernière modification : 13/12/2012

Haut de page