Campagne pour l’abolition de la peine de mort

Le 27 septembre dernier, a eu lieu à New-York, l’évènement "Peine de mort : du moratoire à l’abolition", une réunion ministérielle initiée par le ministre des Affaires étrangères français et co-présidée avec son homologue béninois. M. Laurent Fabius a fait de l’abolition universelle de la peine de mort une priorité de son action. Cette rencontre précède la Journée internationale contre la peine de mort du 10 octobre.

JPEG

De grandes personnalités engagées en faveur des droits de l’Homme et de l’abolition de la peine de mort ont participé à cette rencontre de haut-niveau. C’est notamment le cas de Mme Navanethem Pillay, Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, M. Kenneth Roth, directeur exécutif de "Human Rights Watch" et M. Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général d’« Ensemble contre la peine de mort ».

Avec la République du Bénin, dernier État en date à avoir ratifié le deuxième protocole facultatif du Pacte international relatif aux droits civils et politiques visant à abolir la peine de mort, le but de cette rencontre est de relancer le mouvement abolitionniste mondial.

En lien avec les Nations unies et la société civile, cet événement vise à encourager le plus grand nombre d’États à franchir le pas décisif entre le moratoire de fait et l’abolition en droit afin de mettre un terme définitif à cette pratique cruelle et inhumaine.

Cet événement est intervenu à quelques jours seulement du lancement officiel, le 9 octobre, de la campagne française en faveur de l’abolition universelle.

Cette campagne a pour objectif de renouveler et d’intensifier les actions entreprises ces dernières années en faveur de la sensibilisation à l’abolition de la peine de mort. Il s’agit d’encourager le débat et d’apporter un soutien aux acteurs locaux engagés en faveur de l’abolition.

La campagne en faveur de l’abolition universelle s’inscrit dans le contexte de plusieurs échéances attendues dans les prochains mois : le Congrès régional contre la peine de mort à Rabat en octobre 2012, le nouveau passage au vote de la résolution biennale de l’Assemblée générale des Nations unies appelant à l’instauration d’un moratoire universel à l’automne 2012, ainsi que le cinquième Congrès mondial contre la peine de mort à Madrid en juin 2013.

La lutte contre la peine de mort est un combat à long terme, pour lequel des progrès sont visibles chaque année dans l’ensemble des régions du monde.

En vingt ans, plus de cinquante États sont devenus abolitionnistes en droit. La France rappelle son opposition déterminée et constante à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances. Elle salue le rôle de la Commission internationale contre la peine de mort, composée de personnalités de haute autorité morale, dont l’ancien garde des Sceaux M. Robert Badinter. La France exhorte enfin tous les États appliquant encore la peine de mort à observer des moratoires en vue d’une abolition définitive.

Carte interactive : la peine de mort dans le monde

A ce jour, 97 États ont aboli la peine de mort pour tous les crimes, 8 l’ont aboli pour les crimes de droit commun, et 36 respectent un moratoire sur les exécutions, soit 141 États au total.
En revanche, la peine de mort est toujours appliquée dans 57 États et territoires.

www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux

— -

Article publié el 4 octobre 2012.

Dernière modification : 09/10/2012

Haut de page