Warren Ross : Vétéran et ambassadeur de la culture française

JPEG

Entre la fête nationale américaine du 4 juillet et le 14 Juillet français, la France a décoré vingt-six vétérans américains ayant combattu pour la France durant la Seconde Guerre Mondiale. Lors de la cérémonie du 10 Juillet 2012 à Boynton Beach, 18 anciens combattants américains ont reçu la Légion d’Honneur, la plus haute distinction française. Parmi eux, Warren Ross, un Américain qui a atterri sur les plages de Normandie le 6 Juin 1944 et a participé à différentes missions jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Après la cérémonie, qui a eu lieu à l’église luthérienne Ascension de Boynton Beach, L’e-Toile eu l’occasion de s’entretenir avec lui.

L’e-Toile : Pourriez-vous nous faire part des souvenirs les plus marquants que vous gardez de la France ?

Warren Ross : Aujourd’hui, c’est un honneur pour moi de recevoir cette médaille merveilleuse du gouvernement français. J’aime beaucoup la France, ma femme est française, nous nous sommes mariés pendant la guerre. J’ai beaucoup travaillé avec les familles françaises durant la guerre. Je leur apportais de la nourriture depuis ma base aérienne. Je leur rendais visite le soir et je passais mes soirées à apprendre le français. J’ai aussi mis sur pied une comédie musicale. J’ai chanté dans la magnifique cathédrale de Chartres. Depuis la seconde guerre mondiale, je suis revenu plusieurs fois en France. J’ai amené mon fils en Normandie où il a vu les plages du débarquement. J’ai beaucoup voyagé en France. Après la guerre, le gouvernement m’a prêté un appareil pour faire des spectacles aériens sur la Côte d’Azur.

L’e-Toile : Avant d’arriver en France, quelle était votre opinion sur notre pays ?

Warren Ross : Je ne connaissais absolument pas ce pays, si ce n’est que j’ai toujours aimé voyager. Les français étaient vraiment très gentils. Certains Américains disent qu’ils ne sont pas très sympathiques, mais c’est parce que la plupart des gens ne tentent pas de s’adapter à une nouvelle culture et d’en apprendre, au moins, un peu la langue. J’ai toujours trouvé que les français étaient merveilleux, ils me traitaient très bien. Pendant la guerre, j’ai fait des photos avec chaque famille que j’ai rencontrée. J’ai l’intention de rentrer en France cette année.

L’e-Toile : Aujourd’hui, comment-vous sentez vous après avoir reçu cette médaille du gouvernement français ? Êtes-vous toujours impliqué de quelques manières pour la France et sa culture ?

Warren Ross : C’est difficile à expliquer, c’est très touchant. Je me demande vraiment ce que j’ai fait pour mériter cette récompense car beaucoup de mes camarades ne sont malheureusement plus là pour en profiter. J’ai aimé travailler aux côtés de la France. J’ai travaillé avec l’Alliance Française. A Boca Raton, j’ai très été actif avec ma femme. Nous avons participé à de nombreuses activités. Nous avons aussi mis en place un club international où des gens de langues différentes se rassemblent. Nous avons des membres de 23 langues différentes. L’objectif principal de ce club est de promouvoir l’unité internationale. Donc oui, nous avons toujours été très impliqués. Je me sens très à l’aise avec la culture française. Il n’y a personne qui peut cuisiner comme les Français, "la soupe à l’oignon, j’aime bien ..."

Dernière modification : 20/07/2012

Haut de page