Les universités s’unissent pour Haïti

  • e-Toile : Dr. Rahier, vous participez au symposium, "Haïti des initiatives". Pouvez-vous nous présenter l’événement ?

JPEGDr. Rahier : Le 19 février 2011, un an après le séisme, le service culturel de l’Ambassade d’Haïti en France et les associations franco-haïtiennes, organisèrent, à la Villette à Paris, "Haïti : des Initiatives", une journée de rencontres avec des haïtiens porteurs de projets, montée en trois tables rondes : culture/ médias, agriculture/pêche, éducation.

Une dizaine de responsables haïtiens ont, ainsi, pu présenter leurs actions et exprimer les attentes de la communauté haïtienne d’Europe aux ONGs ainsi qu’aux institutions françaises et internationales.

L’objectif de ce colloque fut de faciliter un dialogue avec les différentes institutions, de développer la mise en réseau et d’articuler plus efficacement les relations entre haïtiens de l’intérieur et de l’extérieur.

De ces échanges fructueux des appuis supplémentaires et de nouvelles collaborations ont émergé pour certains projets.

Rendez vous a été pris pour 2012 à Miami au Little Haiti Culturel Center sur invitation du Directeur de la fondation Alliance présent à la table ronde culture.

Dr. Rahier : Cette année, l’équipe de France s’est unie aux "African and African Diaspora Studies Program", le "Latin American and Caribbean Center" de FIU (Florida International University), le HCCA (Haitian cultural Arts Alliance) pour organiser la deuxième édition d’Haïti : des Initiatives 2/ Global University and Haiti.

"An account : Visions and Reality" le vendredi et samedi 18 et 19 mai 2012.

Cette année, le symposium se concentrera sur les actions efficientes, en Haïti, supportées par les universités américaines, canadiennes, et européennes, dans les domaines suivants : coopération universitaire, environnement, santé, informatique et technologie, diaspora et culture.

  • e-Toile : Quels objectifs souhaitez-vous atteindre avec la réalisation de cette conférence ?

Dr. Rahier : L’objectif de ces tables rondes sera de mettre en lien et communiquer autour de ces différents programmes, en mettant en phase les chargés de projets des départements universitaires du Nord et leurs interlocuteurs sur le terrain, de tenter un état des lieux des projets en Haïti. Ces dialogues pourraient renforcer des passerelles entre les différentes universités travaillant dans des domaines similaires.

  • e-Toile : Pouvez nous en dire plus sur les projets de coopération universitaire entre la France, Haïti et la Floride ?

Dr. Rahier : Nous espérons justement à travers ce symposium forger l’espace nécessaire pour permette un dialogue libre et une meilleure coordination des différents projets dirigés par des universitaires venant de la France, des États-Unis, et d’ Haïti. Chacune des tables rondes est spécifiquement désignée pour encourager de futures collaborations entre ces projets.

4. Vous êtes spécialiste, entre autres, de la diaspora haïtienne. Quelles sont les spécificités de la communauté haïtienne de Floride ?

Dr. Rahier : Je travaille tout d’abord sur les Afro-Equatoriens. Par contre, comme directeur de l’African & African Diaspora Studies Program à FIU, je collabore étroitement avec des Haitianistes en prenant soin d’appuyer les recherches des doctorants qui ont pour focus la diaspora haïtienne parmi tant d’autres.

Actuellement, mon étudiante Mamyrah A. Dougé-Prosper, modératrice de la table ronde « Environnement » samedi 19 mai se prépare pour commencer son travail de terrain en Haïti.

Les informations suivantes ont été rédigées par M. Dougé-Prosper :

Il existe plusieurs communautés haïtiennes à travers la Floride.

Les particularités qui marquent les Haïtiens du Nord de la Floride ne sont pas forcément pareilles à celles du Sud.

Les différentes périodes de migration ont donné naissance à une diaspora haïtienne assez diverse ayant des soucis et intérêts assez distincts.
Au sein de Miami-Dade County, nous trouvons deux à trois grandes et visibles communautés haïtiennes : Kendall, Little Haiti/North Miami.

Les Haitiens de Kendall proviennent en majorité des couches socio-économiques favorisées de la capitale de Port-au-Prince qui continuent à jouir de ce confort ici à Miami.
Par contraste, les Haïtiens de Little Haiti proviennent des régions du Nord d’Haiti un peu moins occidentalisé et plus vulnérable à la pauvreté, particulièrement de Port-de-Paix.

Ces communautés séparées par une distance géographique entrent parfois en collaboration et aussi en compétition vis-à-vis d’Haïti.

Traditionnellement, les habitants de Little Haiti ont ouvertement exprimé leur support pour Aristide alors que ceux de Kendall opposaient vivement tout déploiement de support de la diaspora haitienne à l’ex-président.
Additionnellement, Little Haiti sert de repère culturel et politique pour toutes les communautés haïtiennes de Floride. En plus du Little Haitian Cultural Center en plein cœur de la ville de Miami, des restaurants, églises, magasins, boutiques, librairies, péristyles, etc. sont clairement identifiables par des panneaux écrits en Créôle.

De même, Little Haiti est peuplé par des organisations civiles et politiques qui revendiquent les droits des Haïtiens de Miami.

Où ?
Viernes 18 y sabado 19 de mayo
Quand ?
Haitian Cultural Center
212 Northeast 59th Terrace Miami, FL 33137
Tel : (305) 960-2969

Dernière modification : 10/05/2012

Haut de page