Conservateur des monuments nationaux, le médecin de famille des sites

Stéphanie Celle, Conservateur des monuments nationaux vient à Miami et à Palm Beach pour deux conférences se déroulant respectivement les 1er et 2 mai 2012.

La table ronde organisée à Miami a pour thème « La lutte pour la préservation de l’héritage, la France et la Floride : deux perspectives comparées de la conservation de l’architecture moderne. » La seconde conférence délivrée à Palm Beach concerne « Les grands châteaux et leurs jardins dans le paysage du grand Paris d’aujourd’hui. »

Au total en France, 40 000 sites sont classés monuments historiques nous précise Stéphanie Celle, le Centre des monuments nationaux conserve, entretient, restaure et ouvre à la visite : des grottes préhistoriques de la Vallée de la Vézère, aux mégalithes de Carnac, en passant par l’abbaye du Mont-Saint-Michel, la Sainte Chapelle, les châteaux d’Angers et d’Azay-le-Rideau, l’Arc de Triomphe ou encore la villa Savoye de Le Corbusier, Stephanie Celle nous présente ce travail.

Entretien

JPEGComment présenteriez-vous votre travail de conservatrice au Centre des Monuments Nationaux ? Quel rôle cette institution joue t-elle dans la préservation du patrimoine architectural français et quels sont à vos yeux ses principaux défis ?

Stéphanie Celle : Je suis conservateur de plus de 20 monuments d’une grande diversité.
Je suis comme leur médecin de famille. Je me déplace régulièrement pour voir les sites et suivre les interventions d’entretien, interventions préventives qui garantissent la bonne conservation des monuments. Lorsqu’il est nécessaire de faire appel à un spécialiste, je dois établir une prescription tenant compte de tous les facteurs de la vie du monument.

En tant qu’architecte-urbaniste de l’Etat, je contribue à l’élaboration d’une vision plus globale d’intégration des sites dans leur territoire en cherchant à créer des liens avec celui-ci selon les besoins.

Le Centre des monuments nationaux (CMN) conserve, entretient, restaure et ouvre à la visite près de 100 monuments répartis sur tout le territoire français. Ce sont notamment les grottes préhistoriques de la Vallée de la Vézère, les mégalithes de Carnac, l’abbaye du Mont-Saint-Michel, la Sainte Chapelle, les châteaux d’Angers et d’Azay-le-Rideau, l’Arc de Triomphe ou encore la villa Savoye de Le Corbusier.

Au total en France, 40 000 sites sont classés monuments historiques.

La moitié appartiennent à des propriétaires privés et environ 40 % sont gérés par des collectivités locales. Les 100 monuments confiés au CMN sont parmi les plus emblématiques du patrimoine de notre pays : archétypes architecturaux, anciens biens de la couronne, hauts lieux de l’histoire de France, demeures de personnages illustres. Le CMN est également le premier gestionnaire français de biens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La compétence de maîtrise d’ouvrage en propre a été transférée par le ministère de la Culture au CMN en 2007, et a été complétée par la création en 2009 d’une direction scientifique responsable de la conservation des collections mobilières des monuments.

Le CMN rassemble donc aujourd’hui les compétences en matière de conservation et de restauration du patrimoine bâti et des collections mobilières, à un niveau d’excellence.

Premier opérateur culturel et touristique public français avec plus de 9 millions de visiteurs et 200 manifestations chaque année, le CMN s’appuie sur un modèle de péréquation : 6 monuments bénéficiaires permettent de contribuer à l’ouverture au public d’autres sites plus éloignés des circuits touristiques classiques.

Le CMN est donc un véritable outil de solidarité nationale en matière patrimoniale, et joue un rôle fondamental en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine monumental, avec une vision globale de chaque site, incluant la valorisation économique, l’intégration dans le territoire et les enjeux de développement durable.

-* Qu’y a t-il de particulier dans les batailles pour la préservation du modernisme ? En quoi cela se distingue-t-il de la préservation d’un patrimoine architectural plus traditionnel, comme celui des Grands-Chateaux dont vous discuterez Mardi à la Preservation Foundation of Palm Beach ?

Stéphanie Celle : La plupart des visiteurs de la Villa Savoye sont soit des architectes soit des étudiants en architecture alors qu’on visite beaucoup plus facilement les châteaux en famille.

Le patrimoine du XXème siècle reste encore un domaine qui intéresse un public restreint et les spécialistes. Le patrimoine du XXème siècle n’a pas acquis ses lettres de noblesse aux yeux du grand public.

Il y a donc d’abord tout un travail pédagogique à mener pour expliquer que les productions architecturales de toutes les époques ont quelque chose à révéler justement sur leur époque et sur notre histoire.
Le patrimoine du XXème siècle nous parle de nouveaux modes constructifs et de nouveaux types de programmes liés à l’aire industrielle et à la constitution des banlieues.

Il est peut-être plus difficile pour le public de retirer de cette période son enseignement culturel ; et pourtant il existe, de toute évidence. Mais un tri est à faire dans l’immense production urbanistique et architecturale du siècle dernier. Ce tri aura pour objectif de définir le patrimoine du XXème siècle, corpus en gestation, sur des territoires qui seront durant le XXIème siècle, en perpétuelle transformation pour les rendre plus performants et plus accueillants. Tous les projets urbains à venir et qui répondront aux enjeux du développement durable, seront des opportunités pour s’interroger sur ce que l’on conserve, ce que l’on transforme, ce que l’on démolit…

Le patrimoine du XXème sera la résultante de ces opérations ; et les critères du tri seront différents en donnant une importance particulière aux dimensions économiques et sociales ainsi qu’en redéfinissant la notion d’authenticité d’une œuvre architecturale. C’est une nouvelle aventure !

-* Dans le cadre du programme Richard Morris Hunt dont vous avez été lauréate en 1998, vous avez passé beaucoup de temps à parcourir différentes villes des États-Unis. Que peuvent selon vous s’apprendre les architectes français et américains quant à la manière de préserver leurs patrimoines architecturaux respectifs ?

Stéphanie Celle : Les problématiques patrimoniales d’un pays à l’autre sont différentes et dépendantes de l’histoire du pays et des cadres législatifs qui fixent les obligations ou pas.

Il est passionnant de comprendre comment aux États-Unis, le regard patrimonial s’est d’abord posé sur de grands territoires naturels offrant des paysages extraordinaires alors qu’en France, la démarche a été inverse : c’est d’abord l’héritage bâti qui a mobilisé les attentions et déclenché les premières mesures fortes de conservation.

Il est fascinant aussi d’étudier tout le terreau associatif aux États-Unis qui a fait valoir les enjeux du patrimoine d’abord au niveau local. Toutes ces comparaisons permettent de relativiser et de mieux comprendre que la protection du patrimoine est une démarche qui nécessite acteurs, actes emblématiques et cadres…. Tous les échanges entre les acteurs sont riches d’enseignement et tous les échanges de niveau international sont stimulants.

Au sein du RMHP, nous souhaitons particulièrement animer ces échanges sur l’axe France – États-Unis.

Créé en 1990 à l’initiative de l’American Architectural Foundation et de la French Heritage Society, le Richard Morris Hunt Fellowship (RMHF) permet un échange d’architectes franco-américains spécialistes du patrimoine.

Le groupe que nous formons aujourd’hui de 23 professionnels français et américains constitue un milieu extrêmement riche du point de vue des expériences patrimoniales et très stimulant parce qu’il ouvre notre horizon. C’est une aventure…

-** Conférence de Stéphanie Celle à Miami, le 1er mai 2012.

"En lutte pour la préservation de l’héritage, la France et la Floride : deux perspectives comparées de la conservation de l’architecture moderne."

Lieu de la conférence : Alliance française South Florida – Miami - - 618 SW 8th street –
Tel : 305 859 8760

Date et heure : 1er mai à 18H30

Il s’agit d’une table ronde tenue en anglais avec Stéphanie Celle, Conservateur des monuments nationaux, Architecte et Urbaniste en Chef pour l’Etat français, récipiendaire du Richard Morris Hunt Prize 1998 décerné aux architectes dédiés à la conservation, William Cary, Assistant directeur du département de planification à Miami Beach, Jorge Hernandez, Professeur à l’Ecole d’architecture de l’Université de Miami, Vice-président du conseil d’administration du National Trust for Historic Preservation et co-fondateur des Amis du Miami Marine Stadium et Jean-François Lejeune, Professeur à l’Ecole d’architecture de l’Université de Miami, Directeur des études universitaires et membre fondateur de DOCOMOMO-US/FLORIDA.
La table ronde sera modérée par Flaminia Gennari, Curateur en chef du musée et jardins de la Vizcaya, elle est suivie d’une réception.
La France et les Etats-Unis d’Amérique ont des vues divergentes sur la conservation du patrimoine. Cette conférence met en exergue les défis de la conservation des édifices historiques en particulier ceux du 20ème siècle.
Durant leurs présentations, les participants à la table ronde s’appuieront sur des cas d’espèces tirés de l’expérience documentaire du DoCOMOMO ou du combat mené pour protéger le Marine Stadium ou encore l’Art Deco District de Miami ou la « Villa Savoye » à Poissy en France, un édifice considéré comme le manifeste de la nouvelle architecture de Le Corbusier.
Cette conférence a été mise en place avec le soutien de la Délégation générale of the Alliance française aux États-Unis et le Centre des Monuments Nationaux en collaboration avec le département architecture de l’Université de Miami, le Docomomo et le Vizcaya Museum. Des remerciements sont adressés également au Betsy Hotel, Flower Bazaar et aux vins de Provence.

-** Conférence en anglais de Stéphanie Celle à Palm Beach, le 2 mai 2012.

"Les grands châteaux et leurs jardins dans le paysage du grand Paris d’aujourd’hui"

Lieu et date de la conférence : Mercredi 2 mai à 18H00 à The Preservation Foundation of Palm Beach - 311 Peruvian Avenue Palm Beach, FL 33480

Cette conférence sera donnée par Stéphanie Celle, Conservateur des monuments nationaux, Architecte et Urbaniste en Chef pour l’Etat français, récipiendaire du Richard Morris Hunt Prize 1998 décerné aux architectes dédiés à la conservation, avec la participation de Laurence Sabatié-Garat, Responsable des relations internationales et institutionnelles au Centre des Monuments Nationaux.
Elle sera suivie par une réception.

Les prestigieux "châteaux de plaisance" de l’Ile-de-France ont été originellement pensés et bâtis en étroite harmonie avec le paysage entre forêt et fleuves. Ils étaient des lieux de villégiature, de plaisir et de poésie. Deux siècles plus tard, leurs alentours sont devenus des espaces urbanisés. Pour exister, ces châteaux doivent trouver leur place dans le puzzle du grand Paris.

Cette conférence a été organisée avec la French heritage Society avec le soutien de la Délégation générale de l’Alliance française aux Etats-Unis et le Centre des Monuments Nationaux. Des remerciements sont adressés à la Preservation Foundation of Palm Beach pour son accueil.

www.afmiami.org

Dernière modification : 26/04/2012

Haut de page