French Heritage Society oeuvre à la conservation du patrimoine français et met en relief l’amitié franco-américaine

JPEG

Le 1er décembre 2010, le Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand a remis aux représentants de l’organisation French Heritage Society la haute distinction du Grand Mécène de la Culture pour son soutien exemplaire du patrimoine français. Lors de la cérémonie, French Heritage Society était representée par la Présidente Mme Elizabeth Stribling, le Président Denis de Kergorlay, et la Présidente fondatrice Michèle le Menestrel-Ullrich.

JPEGe-Toile : Mme Stribling, vous êtes Présidente du Board of French Heritage Society (FHS) et vous travaillez main dans la main avec Robert Sterling, qui est le Président du Palm Beach Chapter. _ Pourriez-vous nous expliquer en quelques mots les objectifs de cette organisation ?

French Heritage Society  : French Heritage Society (FHS) est une association à but non lucratif américaine qui a été créée en 1982.

Elle a été élaborée comme un pont entre Français et Américains, un pont ouvert aux échanges culturels dotés d’un intérêt mutuel, celui de la restauration historique.

Ainsi, French Heritage Society alloue des subventions qui ont pour but de conserver le patrimoine de la France et de développer sur le territoire américain des projets de caractère historique, architectural et culturel français.

La FHS travaille également autour du savoir-faire et des compétences liés à la conservation.
Nous organisons des stages à l’attention des étudiants de ce domaine ainsi que des séminaires pour les universitaires et les professionnels de l’architecture et de l’histoire de l’art, et enfin, nous proposons un programme franco-américain centré sur les échanges transatlantiques dans le domaine de l’architecture, un programme sous le nom de Richard Morris Hunt Fellowship du nom du premier architecte américain ayant étudié à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Nous possédons 13 antennes aux États-Unis et une à Paris composées de membres de la FHS et de volontaires qui travaillent à la collecte de fonds.
Pour mener à bien ces actions, les antennes locales organisent des événements, dont l’un des plus importants est à venir.

Il s’agit du dîner de Gala à Palm Beach où nous traiterons du légendaire Château de Fontainebleau dans lequel se tiendra le 13 octobre 2012 le grand bal de Gala célébrant notre 30ème anniversaire.

e-Toile : Lorsqu’on consulte votre dernière brochure, la première chose que l’on constate c’est votre générosité ! Pour ne citer que quelques uns de vos dons, $10,000 pour la restauration du Château de Haroué (Lorraine) et $20,000 pour le Château de Brissac (Pays de Loire), $10,000 pour le Parc Jean-Jacques Rousseau (Oise, Picardie), tout comme les $60,000 pour la restauration d’éléments architecturaux de l’église française Saint Vincent de Paul à New York et $10,000 pour le jardin Saint Anthony à la Nouvelle Orléans, qui, en partie grâce aux fonds de FHS, a maintenant été restauré et est ouvert au public.

Comment sélectionnez-vous les projets ? Comment obtenez-vous les fonds ?

French Heritage Society  : Pour nos projets de donation en France, nous travaillons avec trois associations françaises : Les Vieilles Maisons Françaises, La Demeure Historique, et Le Comité des Parcs et Jardins de France, qui reçoivent des demandes de soutien pour des restaurations spécifiques de la part de propriétaires et/ou de gardiens de monuments historiques.

A chaque printemps, ces partenaires présentent plusieurs de ces projets à FHS à partir desquels nous opérons notre sélection sur la base de mérite ainsi que des critères propres à la FHS (entre autres conditions, le monument doit être ouvert au public et trouver d’autres sources de financement pour s’accorder à nos subventions).

Aux États-Unis, nos projets sont de nature variée, mais ont tous un lien étroit avec la France par le biais de leur histoire ou de l’architecture, un passé qui, précisément, lie les deux pays.

La conservation est au cœur de la mission de FHS. L’organisation a accordé près de 500 subventions, portant le montant de nos donations à plus de $17,500,000.

e-Toile : Nous comprenons que le Palm Beach Chapter participe activement à l’organisation du Diner de Gala chaque année en février, dont la recette contribue grandement à la réussite de la Société.

Pouvez-vous nous en dire plus ?

French Heritage Society  : Notre dîner à Palm Beach s’organise généralement pendant la première semaine de février dans le ravissant Club Colette.

Chaque année, nous avons un invité d’honneur qui offre un discours sur la conservation, l’histoire de la France, ou son expérience franco-américaine.

Cette année, à l’occasion de notre gala du 2 février, un célèbre conférencier de New York, David Garrard Lowe, nous parlera du fascinant Château de Fontainebleau, analysant avec une magnifique imagerie, l’empreinte architecturale et décorative qu’a laissé chaque monarque français.

e-Toile : En 2010, l’organisation a reçu des mains du Ministre français de la culture, M. Frédéric Mitterrand, le prix de « Grand Mécène de la Culture » (Grand Patron de Culture).
D’après vous, la culture a-t-elle la même signification en Europe et aux États-Unis ?

French Heritage Society :Les Européens ont un sens aigu de l’héritage culturel, ces pays ayant des centaines et même des milliers d’années d’histoire continue.

Les villages et les villes sont emplies de constructions anciennes, de cathédrales médiévales ou de châteaux de la Renaissance.

Les lieux ont une certaine fierté, et il existe un attachement particulier au sein des familles à se faire gardiens du passé dans le but de conserver pour les générations futures.
Pour les Européens, l’héritage national fait partie intégrante de leur propre identité.

En Amérique, les individus sont arrivés à des époques différentes de pays différents. Ensemble, ils ont forgé une démocratie offrant à tous la possibilité de succès et de prospérité. Nous avons crée un pays fondé sur la liberté et l’opportunité, et la culture en tant qu’expression libre. La FHS est fière de soutenir et de célébrer la gloire architecturale française qui a servi de modèle pour beaucoup de nos propres succès architecturaux tout comme nos espaces ruraux et urbains.

e-Toile : Vous allez célébrer le 30ème Anniversaire de la FHS en 2012. Pouvons-nous avoir une idée de la programmation des célébrations ?

EFS : En octobre 2012, FHS célèbre son 30ème anniversaire avec une semaine de festivités en France.

Du 8 au 12 octobre 2012, les participants profiteront d’un extraordinaire voyage en Gascogne (sur les traces de Louis XIV et de la figure historique et littéraire de D’Artagnan et les légendaires Mousquetaires).

L’excursion emmènera les participants depuis Toulouse jusqu’au Pays Basque, mélangeant les légendes littéraires aux véritables faits historiques pour faire de magnifiques découvertes !
Notre itinéraire retrace le trajet de Louis XIV alors qu’il était escorté par D’Artagnan à travers la Gascogne en 1660 pour arriver sur les Côtes Basques pour son mariage avec Maria-Teresa, l’Infante d’Espagne.

Notre programme inclut quatre magnifiques destinations : Toulouse et ses environs, le Gers, les Landes, et la Côte Basque et nous seront reçus par les propriétaires des plus beaux châteaux privés de ces régions.

Après notre excursion en Gascogne, nous retournerons à Paris.
Le samedi 13 octobre, nous serons reçus à la magnifique Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville pour un déjeuner officiel avec des membres du gouvernement et d’autres invités prestigieux.
Ce même après-midi, nous nous rendrons au Château de Fontainebleau pour un diner et bal de Gala, avec un magnifique spectacle de danses et de feux d’artifices. Les fonds levés à l’occasion de cette célébration serviront à soutenir la mission de la FHS.

e-Toile : Mettre en avant l’amitié franco-américaine et une meilleure compréhension des deux cultures est l’une de vos principales missions.
Avec cet objectif, comment réconciliez-vous la croissance d’un monde digital et l’héritage de la préservation de l’architecture ?

Plus spécifiquement, que faites vous en matière d’éducation, sachant que vous recevez d’avantage de soutien des anciennes générations dans le domaine de la restauration de constructions historiques alors que la jeune génération est plus intéressée par les contenus digitaux.

EFS : Nous avons réalisé des efforts considérables ces dernières années pour rester en cohérence avec le monde d’aujourd’hui et les hautes technologies.

Nous venons de relancer notre site web avec un nouveau design le mois dernier www.frenchheritagesociety.org !

Les bureaux de New York et Paris travaillent assidument pour créer des matériaux d’information et de communication attractifs et augmenter le contenu en ligne.

Le site internet a été beaucoup amélioré et s’est sophistiqué : nouveaux ajouts interactifs, contenus vidéos, interviews liés à nos projets...

Nous avons accru notre communication digitale via nos donateurs et affiliés grâce à des annonces et des invitations par courriel, tout comme un nouveau bulletin.

Tous ces efforts pour améliorer notre communication via internet s’est faite grâce au comité de direction, aux volontaires, aux antennes et à leurs membres.
Notre but est de nous assurer que nous assurer que nous sommes en phase avec les demandes et besoins des réalités du monde digital d’aujourd’hui.

Notre effort porte aussi sur les programmes éducatifs.

Depuis 1985, la FHS soutient et organise un programme étudiant transatlantique, le Student Intern Program, qui a permis à plus de 300 étudiants français et américains de participer à des stages d’été dans de prestigieuses organisations en France et aux États-Unis.

Les étudiants peuvent ainsi bénéficier de l’expérience pratique d’autres étudiants dans les domaines de l’architecture, le management culturel, l’histoire de l’art, la restauration et l’horticulture.

Les étudiants français travaillent au service de projets sponsorisés par la FHS, de musées ou institutions culturelles aux États-Unis, alors que leurs homologues américains travaillent dans des musées français, châteaux ou constructions historiques, ou le développement des échanges culturels dans le domaine de la restauration historique.

Dernière modification : 09/03/2012

Haut de page