Mme Mimi Gregory élevée Commandeur de l’Ordre National du Mérite

JPEGe-Toile : Madame Gregory, vous œuvrez de façon exemplaire en faveur de la promotion de la culture et de la langue française aux Etats-Unis depuis plus de 30 ans.
Pouvez-vous revenir sur votre parcours qui vous a lié à la France et vous a amené à présider plusieurs Alliances françaises aux Etats-Unis ?

Madame Gregory : Le désir de garder le français que j’ai parlé en France pendant les 2 ans que j’y ai passé a été très important pour moi et un élément moteur à mon retour aux États-Unis. Ceci m’a également encouragé à nouer des liens avec l’Alliance Française.

Tout de suite j’ai appris le plaisir de partager la beauté de la langue et de la culture françaises avec des amis, membres de différents chapitres.

Ça m’a aussi donné l’occasion de soutenir le but des Alliances francaises aux Etats-Unis. Je suis toujours attentive à la mission de la Fédération des Alliances françaises, qui est celle de « soutenir la langue française et les cultures de langue française telles qu’elles sont pratiquées autour du globe ».

e-Toile : Vous venez d’être élevée au grade de Commandeur dans l’Ordre National du Mérite, après avoir été nommée Chevalier des Arts et Lettres en 1990.
Que représente pour vous cette distinction ?

Madame Gregory : La distinction que je viens de recevoir m’a touchée énormément. Il n’y a rien de plus que je puisse dire sauf que je suis si fière et si émue d’avoir reçu cette distinction par décret du Président Sarkozy. Je suis également profondément touchée par la confiance que notre Consul général, Gaël de Maisonneuve, m’a montrée. C’est un honneur très cher, que je vais porter toute ma vie avec une grande humilité.

e-Toile : Outre vos actions sur le champ éducatif, vous êtes impliquée depuis toujours dans l’action humanitaire. Pouvez-vous décrire votre engagement ?

Madame Gregory : Du côté humanitaire, il y a deux efforts où j’ai donné bénévolement beaucoup de temps pendant des années.

Premièrement, pendant la guerre des Balkans de 1992 à 1999, j’ai travaillé avec un comité de la diaspora, en Nouvelle Angleterre, pour aider les réfugiés : pour fournir des médicaments, un respirateur pour l’hôpital, des vêtements, des transports aériens pour que les blessés soient transportés vers les hôpitaux de Nouvelle Angleterre, pour y être soignés, et pour être un des porte-paroles pour la diaspora Serbe pendant cette guerre.

Comme j’ai des racines Serbes, c’était très important pour moi de faire ce que j’ai pu pour les aider.

J’ai aussi apporté beaucoup de soutien au « Cancer Center de Massachusetts General Hospital  », pour aider les malades, pour informer les gens des recherches qui pouvaient aider, pour organiser des déjeuners et des colloques éducatifs pour permettre aux médecins de parler de leurs recherches et des nouveaux traitements. Comme je suis une « survivante » de cette maladie, je dois aider les autres et leur donner de l’espoir par mon exemple.

Dernière modification : 15/12/2011

Haut de page